Sélectionner une page

NEW

“Askip les noirs savent danser! »

Un son de Magic System ou de Tekno passe en soirée et là c’est le drame. Tous les regards de mes potes se posent sur moi. Évidemment je suis métisse donc “j’ai le rythme dans la peau”. Qui d’autres mieux que moi pourrais danser sur ce genre de rythme « exotique » ?...

Asma : témoignage d’une franco-comorienne

Peux-tu te présenter rapidement ?Je m’appelle Asma* et j’ai 23 ans. Je suis originaire de Lyon mais j’ai été amenée à bouger pour mes études entre Grenoble, le Royaume-Uni, et Paris. J’ai terminé mon Master il y a quelques mois et j’ai eu la chance d’être...

Being an actress in LA – Furtuna Aliu Interview

Hello Furtuna, Thank you for taking this interview.1 - Can you briefly introduce yourself ?My name is Furtuna Aliu, I’m 19 years old and I come from Kosovo. A new country located in the south east of Europe. I recently moved to Los Angeles, California to...

Pro Black are not Anti White !

Aujourd'hui, découvrez l'opinion de Cindy sur la question des divisions raciales. 'Pro Black are not Anti white' ou encore - Etre pour la cause noire, ne veut pas dire "contre les blancs" ! On vous en dit plus dans la vidéo.

Green book : sur les routes du sud de Peter Farrelly

©droits réservésGreen Book, réalisé par Peter Farrelly, est sans doute le film le plus controversé depuis la 91e cérémonie des oscars du 24 février dernier. En effet, beaucoup ne comprennent pas l’engouement pour ce long-métrage qui lui a permis de...

Melie Tiacoh, entre mannequinat et détermination

1) Peux-tu nous faire une présentation brève de toi? Je suis née à Paris et ai grandi à Abidjan. Je suis issue d’une famille très cosmopolite au sein de laquelle j’ai appris la tolérance et dont je ressors riche culturellement parlant. J’ai vécu dans 5 pays différents...

Les termes que j’ai décidé de bannir de mon langage

Oui oui, vous avez bien lu... Aujourd'hui, Cindy nous présente les termes qu'elle a décidé de bannir de son langage ainsi que les termes qu'elle trouve stéréotypés.Nous vous proposons un nouveau format ! Des vidéos d’opinions où nous pourrons partager...

Rencontre avec Alphée Adimi, CEO de Visiter l’Afrique

Interview Exclusif avec la simpathique Alphée Adimi ! Nous avons eu l'occasion de la rencontrer lors du Salon du Livre de Paris où, Alphée Adimi et ses collaborateurs de Visiter l'Afrique faisaient la présentation de leur ouvrage « They call it Africa, we...

Au nom de l’amour !

Introduction : Le monde entier célèbre l’amour aujourd’hui, la rédaction de Ayika’a revient sur ses couples, ses artistes, ses sportifs qui tout simplement nous inspire l’amour. Parce que l’amour est partout, c’est le moteur de nos cœurs, de notre vie et...

Adoptée, la revanche qu’elle prend sur la vie

C'est très jeune qu'elle a dût faire face à cette réalité : l'adoption Dans ce témoignage, découvrez l'histoire d'Affelya. Belle, intelligente et courageuse, elle a sût en tirer profit afin de se (re)construire...Et elle à accepté de nous raconter cette partie de son...

L’interview de Loren FADIKA

Loren fadika - Chargée de communication externe

Chargée d’assurer la communication externe du projet AYIKA’A, Loren Fadika s’est appuyée sur ses compétences rédactionnelles et sur sa motivation afin de fournir des contenus clairs, précis et attractifs aux yeux de tous. Découvrez son interview réalisée par l’équipe AYIKA’A.

Parle-nous un peu de toi

Chères toutes et chers tous qui avez pris le temps de venir découvrir notre site internet. Moi, c’est Loren Fadika. Je suis actuellement en troisième année d’une bi-licence en droit et en science politique. Ma passion ? L’Art dramatique que je pratique en Conservatoire depuis l’âge de 12 ans !

Pourquoi as-tu rejoint ce projet ?

Lorsque Cindy (chef de projet de AYIKA’A) m’a manifestée sa volonté de construire, ce qui deviendra plus tard le projet Ayika’a, j’ai tout de suite eu envie de lui apporter mon aide. Je me suis alors vue confier le poste de chargée de communication externe et relectrice.

« Rendre quelque chose ou quelqu’un visible par autrui »

Si j’ai tenu à apporter mon aide à ce projet, c’est notamment parce que l’Art dramatique m’a permis de prendre conscience de l’importance de la représentation (dans le sens « rendre quelque chose ou quelqu’un visible par autrui ») et, par extension, l’importance des médias et le rôle décisif qu’ils jouent dans la construction mentale d’un individu.

En effet, j’ai la conviction que l’estime que les femmes peuvent avoir d’elles-mêmes et l’acceptation de leur type de beauté passe, entre autres, par la représentation médiatique de toutes les femmes, aussi différentes soient-elles.

Il ne s’agit pas là d’une question superficielle, le manque de confiance que certaines femmes peuvent avoir en elle conduit à des dommages parfois irréversibles qu’elles infligent à leur corps (dépigmentation de la peau, défrisage – brûlure et risque cancérigène – alopécie de traction – régimes extrêmes, etc).

Si les médias, surtout ceux travaillant pour l’industrie de la mode, exposaient d’avantage les femmes asiatiques, noires, rondes, aux cheveux frisés, aux cheveux rasés, avec de la cellulite, avec des vergetures, avec des handicaps, etc etc en guise de mannequins pour leurs publicités ou défilés, nous nous accepterions mieux telles que nous sommes car nous aurions conscience que nous sommes toutes belles et ce avec et surtout grâce à nos singularités.

Qu’est-ce que le projet AYIKA’A t’a t-il apporté ?

J’ai toujours considéré mon métissage comme un atout qui me permettait de percevoir les choses de la vie sous deux prismes culturels différents. Le peu de réflexions à caractère racial dont j’ai pu faire l’objet ne m’atteignaient même pas tant je me sens bien dans ma peau, tant je considère ma couleur de peau et la texture de mes cheveux comme singularisantes. Pourtant, en parlant avec les modèles du projet et les autres membres de l’équipe, je me rends compte que nous ne vivons pas tous notre élément d’extranéité aussi paisiblement que je le vis.

Et oui ! Si j’ai eu la chance de fréquenter des personnes sensées et éclairées, j’ai bien compris que tous n’ont pas eu cette chance aux vues des réflexions qu’ils ont pu entendre. Je peux maintenant dire qu’Ayika’a est un projet qui m’a ouvert les yeux. Ayika’a fut également un très beau travail d’équipe, humain et formateur !

Merci Ayika’a !

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This