Sélectionner une page

NEW

Rythme & Vibes depuis les Caraïbes!

Zouk, Compas, Reggae, Dancehall… Tant de styles musicaux provenant de ces territoires et dont nous avons essayé de faire un panorama dans notre second article sur la culture créole. Aujourd’hui, nous souhaitons revenir sur trois d’entre eux : Le zouk, le compas et le...

Foodles avec Marielle !

Foodles & Cie démarre avec Marielle ! Premier épisode de Foodles & Cie, nouvelle rubrique dédiée à la gastronomie et aux musiques du monde chez Ayika'a. On parle de bons petits plats ce soir... Bon appétit ! Les plats de Marielle : 

Culture créole : ce que l’on sait aujourd’hui de ces territoires

Petit topo de l’Histoire... Ce que l’on sait aujourd’hui de ces territoires, c’est qu’ils regorgent d’histoires. Des histoires toutes aussi poignantes les unes que les autres, mais des histoires qui, lorsque l’on regarde de plus près, nous permettent de comprendre la...

L’identité de la femme créole

Pour notre premier article de come back, nous vous proposons une interview autour de la question de l'identité créole. On entends beaucoup de clichés et de stéréotypes autour de ces personnes mais qui sont-ils vraiment ? Marielle, Valentine, Stacy et David partagent...

L’interview de Floriette Baty NSONDE

Tu es qui toi ?Je me présente, moi c’est Floriette, enchantée ! Jeune créative faisant partie du pôle community management de la nouvelle version d’Ayika’a. Du haut de mes 21 ans, je suis issue d’un cursus créatif dans une école de communication parisienne. Si je...

L’interview de Aurélie KOUMAN

Bonjour à tou·te·s. Je suis Aurélie Kouman, j’ai 24 ans et j’occupe le poste de Community Manager au sein de l’association Ayika’a. Diplômée en journalisme, je suis actuellement en double licence d’Histoire et Sociologie. Mon rôle au sein de l’association est...

L’interview de Cindy BABIN

Je suis Cindy Babin,  présidente et visionnaire de l'association Ayika'a. Je suis d'origine Franco-Ivoirienne et j'ai toujours grandit et baigner au cœur même de cette double culture. Dans la vie je suis mannequin professionnel en agence et c'est  de la qu'est née la...

L’interview de Franklyn KWAKYE

Qui es-tu ?Bonjour, je m’appelle Franklyn et je suis originaire du département de l’Aube. Je suis à la fois consultant en cyber sécurité et photographe de fashion et wedding. Mon style photographique se construit principalement autour des concepts de l’amour, la...

“Askip les noirs savent danser! »

Un son de Magic System ou de Tekno passe en soirée et là c’est le drame. Tous les regards de mes potes se posent sur moi. Évidemment je suis métisse donc “j’ai le rythme dans la peau”. Qui d’autres mieux que moi pourrais danser sur ce genre de rythme « exotique » ?...

Asma : témoignage d’une franco-comorienne

Peux-tu te présenter rapidement ?Je m’appelle Asma* et j’ai 23 ans. Je suis originaire de Lyon mais j’ai été amenée à bouger pour mes études entre Grenoble, le Royaume-Uni, et Paris. J’ai terminé mon Master il y a quelques mois et j’ai eu la chance d’être...

Rythme & Vibes depuis les Caraïbes!

Zouk, Compas, Reggae, Dancehall… Tant de styles musicaux provenant de ces territoires et dont nous avons essayé de faire un panorama dans notre second article sur la culture créole
Aujourd’hui, nous souhaitons revenir sur trois d’entre eux : Le zouk, le compas et le gwoka.
Pourquoi ces trois-là en particulier ? Car je les affectionne particulièrement, tout simplement. 😊

Le Gwo ka 

Reconnu depuis 2014 par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité, catégorie musique, chants, danses et pratique culturelle représentatifs de l’identité guadeloupéenne.

© REPRIZ, 2013

Le gwoka est pratiqué par tous les groupes ethniques et religieux de la société guadeloupéenne. Il combine le chant responsorial en créole guadeloupéen, les rythmes joués aux tambours ka et la danse. Dans sa forme traditionnelle, le gwoka associe ces trois domaines d’expression en valorisant les qualités individuelles d’improvisation. Les participants et le public forment un cercle dans lequel les danseurs et le soliste entrent à tour de rôle, en faisant face aux tambours. Le public frappe des mains et chante le refrain imposé par le soliste. Plusieurs milliers de personnes pratiquent régulièrement le gwoka lors de soirées populaires de gwoka en plein air, où le cercle fonctionne comme un lieu de valorisation des talents individuels.

La pratique et le savoir-faire liés à la fabrication des tambours ka se transmettent de façon informelle, dans le cercle familial et amical, mais aussi de plus en plus dans des ateliers formels et des écoles de danse et de musique traditionnelles.

Le gwoka est l’un des éléments les plus emblématiques de la société guadeloupéenne et ses expressions contemporaines explorent de nouvelles pistes musicales, chorégraphiques ou chantées. Il accompagne les temps forts de la vie quotidienne ainsi que les manifestations festives, culturelles et profanes. Il accompagne également des mouvements de revendications sociales et politiques. Il renforce l’identité et procure un sentiment de valorisation collective et de fierté individuelle, en portant des valeurs de convivialité, de résistance et de dignité.

La Compas :

Le compas direct ou tout simplement compas (en créole haïtien : konpa dirèk, konpa ou kompa), est un genre musical originaire d’Haïti. Inventé par le saxophoniste et guitariste Jean-Baptiste Nemours en 1955, le compas dérive de la méringue et est proche du calypso et du quadrille, lui-même dérivé de la contredanse française.

C’est en 1955 que le compas direct fait son apparition : le 25 juillet 1955 à l’occasion de la fête de la Sainte-Anne, Nemours Jean-Baptiste présente au grand public sa formation musicale « Aux Calebasses » sur la place Sainte-Anne de Port-au-Prince, en Haïti, Depuis, le 26 juillet est considéré pour certains comme étant le « jour du compas ». Finalisé en 1957, ce rythme symbolise désormais l’identité musicale de la culture haïtienne.

Le jazz a fortement influencé le compas. La présence des instruments à vent comme le saxophone, la trompette, le trombone pour ne citer que ces instruments, et la composition même des premiers groupes pouvant compter une dizaine de musiciens (percussions, pianiste, bassiste, guitariste lead et guitariste secondaire) illustrent le lien entre ces deux styles musicaux.

En 1986, au moment où de grands noms du compas commencent à constater que le style est en train de s’essouffler, le maestro du groupe Top-Vice, Robert-Charlot Raymonvil, introduit un nouveau concept qui deviendra un phénomène : le « compas digital » ou « compas nouvelle génération ».

Depuis quelques années, le même processus d’essoufflement qu’a connu le compas ancienne génération, a touché le compas digital au point que les groupes composant cette dernière tentent de renouer avec les instruments organiques abandonnés par le passé comme les cuivres, et les percussions. C’est le cas de T-Vice et d’autres jeunes groupes de la nouvelle génération. On notera les diverses incursions de Wyclef Jean dans le compas , en particulier avec des groupes comme Sweet Micky.
« La nouvelle vague de la musique haïtienne », comme Carimi ou Dega , met en lumière un savant mélange entre l’expérience des anciens et le talent des jeunes qui capte de plus en plus l’attention des fans de compas dans les Caraïbes, et notamment dans les Petites Antilles.

Il a connu, durant la décennie 1970-1980, un grand succès dans les caraïbes et a, avec d’autres, donné naissance au zouk dans les Antilles françaises.

Dans cette chronique, vous entendez des extraits de : Compas X par les Chleu Chleu (1967, avant qu’ils ne changent d’orthographe et ne deviennent les Shleu Shleu)
Calma pélerin par l’Ensemble Méridional des Cayes (1971)
An septième par Les Difficiles de Pétionville (1972)
Choc Vikings par les Vikings (1971)

Le Zouk  :

Au même titre que le créole, qui est un mélange de différentes langues, le Zouk est une musique dont les influences multiples sont puisées dans la diversité des musiques caribéennes. Depuis sa création en 1974, le Zouk reste la musique la plus populaire des Antilles, et caractérise l’émancipation d’un peuple qui a su inventer sa propre musique et sa propre danse en couple collé serré. 

Le zouk, originaire de la Guadeloupe et de la Martinique, est apparu dans les années 1970. Ce genre musical est l’un des genres les plus célèbres en Guyane, elle a permis de faire émerger de nouveaux artistes et interprètes mondialement connu comme Warren et celle que l’on surnomme la « Reine du Zouk » Fanny J ou encore le groupe saint-laurentais Sweet Way.

Cette musique a été popularisée en Europe par le groupe La Compagnie Créole, la chanteuse Edith Lefel, le chanteur Ralph Thamar, le groupe Kassav avec ses tubes Zouk la sé sèl médikaman nou ni, Kolé Séré, Syé Bwa, par le groupe Zouk Machine avec son tube Maldòn (la musique dans la peau) et par le chanteur Francky Vincent.

L’étymologie de ‘zouk’ nous indique qu’il viendrait de l’arabe dialectal marocain زك (« fesses » ou « postérieur »), qui fait référence aux déhanchements de la danseuse.

Le Petit Robert donne la définition suivante du mot « zouk » :
« musique et danse très rythmée originaire des petites Antilles dans les années 1970. »

Cependant le célèbre percussionniste martiniquais Henri Guédon, indique que dès les années 1960, le mot zouk faisait déjà référence à des lieux de danse populaire. Le chroniqueur Michel Thimon va dans le même sens, selon lui, le terme zouk désignait à l’origine une sorte de « salle de bal » peu conventionnelle. Au début du xxe siècle, cela voulait dire un bal « chaud ». Aujourd’hui encore, on appelle zouk les soirées dansantes organisées chez des particuliers. 

Aujourd’hui il existe un musée dédié à ce genre musicale : La Maison du Zouk, située à Luanda en Angola et unique lieu au monde consacré.

 

Article précédent

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer